Voir les éléphants en Asie du Sud-Est de façon éthique

Les éléphants d’Asie du Sud-Est

Honnêtement, j’en ai assez de voir les gens traiter les éléphants en Asie comme une simple attraction touristique, mais j’en ai aussi marre d’entendre les autres affirmer ” Un éléphant, ça ne devrait pas être ailleurs que dans la nature, alors à mort les camps d’éléphants“….je comprends bien le raisonnement, et dans l’absolu, cela devrait être le cas , mais c’est juste ignorer toute l’histoire des éléphants en Asie du Sud-Est. Car ici, ignorer les éléphants domestiques, c’est ignorer une grande partie de leur espèce.

Cela fait des milliers d’années que les hommes travaillent avec les éléphants en Asie. C’est à la fois un animal sacré, un compagnon, et aussi une immense force de travail, qui a très longtemps été utilisée pour l’industrie du bois au Laos et dans les pays voisins. On utilisait donc ces géants pour transporter le bois précieux et détruire du même coup leur propre habitat.

Aujourd’hui on compte environs 400 éléphants sauvages au Laos, et 450 éléphants domestiqués. Ces derniers ne peuvent pas être simplement “relâchés” en pleine nature. Leur territoire n’existe plus toujours, et surtout, les éléphants étant des êtres sociaux complexes, il serait compliqué pour eux de survivre sans une horde.

Donc voilà, ces éléphants, il faut bien leur trouver une reconversion, ainsi qu’à leurs mahouts ( les hommes qui s’en occupent)…surtout quand on sait le coût d’entretien de ces magnifiques animaux. Et il s’avère que le tourisme est la reconversion idéale, à condition qu’elle soit faite de façon éthique.

lac Sayaboury

elephants

laos

Un weekend au Elephant Conservation Center de Sayaboury, au Laos

L’avantage de vivre au Laos et de travailler pour une agence de voyage, c’est que ça te donne l’occasion de visiter des endroits que tu n’aurais probablement ni eu le temps ni le budget de visiter ! C’est comme ça que j’ai pu découvrir l’Elephant Conservation Center, à Sayaboury, proche de la frontière Thaïlandaise, à 2h de route de Luang Prabang. Une fois arrivés sur place, un bateau est venu nous chercher pour traverser le lac qui sépare la ville de la zone protégée de l’Elephant Conservation Center. Nous nous sommes donc retrouvés au coeur d’une zone sauvage et reculée du Laos, avec cette formidable impression d’être au bout du monde.

Nous avons passés deux jours à observer les éléphants se baigner, créer des liens entre eux…on a énormément appris sur eux, et sur ce qui a conduit à leur mise en danger. Deux jours en dehors du temps, en pleine jungle, en compagnie des éléphants et d’une super équipe qui conduit ce projet !

La mission de l’Elephant Conservation Center

L’ECC a pour ambition de créer une grande zone de protection pour les éléphants au Laos, et plus globalement d’encourager à la conservation des éléphants en Asie, par de nombreux programmes de sensibilisation auprès de la population locale et des voyageurs. Ici, on vient pour les éléphants, ce ne sont pas eux qui sont là pour nous! La priorité est d’assurer leur bien-être, tout en éduquant les visiteurs sur leur histoire, leur régime, leurs personnalités…et bien entendu sur les façon de conserver ces magnifiques animaux au Laos. L’Elephant Conservation Center a même un programme de reproduction, et depuis quelques mois, un bébé est en route! Il faudra patienter plus de 20 mois avant de le voir sortir…

bain des éléphants

sayaboury

Comment savoir si un centre d’éléphants est éthique ?

  • Mobilité des éléphants

L’éléphant en milieu naturel parcourt environ 25 à 70 km par jour. C’est un besoin pour eux, notamment pour se nourrir convenablement dans la jungle. Alors il ne faut pas hésiter à poser la question du déroulement de la journée des éléphants au centre…au moins vous serez fixés.

  • Promenades à dos d’éléphants

Bien entendu les meilleurs sanctuaires d’éléphants proposeront uniquement des promenades AVEC les éléphants, et non à dos d’éléphants. Cependant il faut savoir que monter de façon traditonnelle sur les éléphants ( sur leur nuque, juste derrière les oreilles) ne pose pas les problèmes physiques créés par la nacelle, à condition d’être réalisé avec modération. Ne jugez pas systématiquement les sanctuaires qui proposent aux visiteurs de monter à cru sur les éléphants …ces animaux coûtent une fortune à nourrir et à soigner, et la demande des touristes est là…donc ce n’est pas toujours évident pour eux de bannir cette pratique. Si tout le monde refusait de le faire, alors ils ne le proposeraient plus.

  • Le régime alimentaire

Les éléphants passent la majeure partie de leur journée à manger et à boire…mais au delà de la quantité, c’est aussi la diversité de leur régime qui importe : un éléphant constamment nourri à coups de bananes par les touristes a des chances de tomber malade.

  • Comportement et sociabilisation

Il est plutôt simple de voir si le comportement d’un éléphant est anormal ou non. Un éléphant en bonne santé physique et mentale fait fouetter ses oreilles et remue la queue presque constamment, sur un rythme plutôt tranquille. Un éléphant immobile a de grande chance d’être malade, de même qu’un éléphant balançant ses pattes constamment, ou qui se balance d’un côté vers l’autre, montre un grand stress.

elephant walk

elephants au laos

Les sanctuaires d’éléphants en Asie éthiques

Thailande

Elephant Nature Park

Elephant Hills

Boon Lott’s Elephant Sanctuary

Elephant Valley

Burm and Emily’s Elephant Sanctuary

Samui Elephant Haven

Mahouts Elephant Foundation

Cambodge

Elephant Valley Project

Inde

Elephant Conservation and Care Centre

Laos

Elephant Conservation Center

Nepal

Tiger Tops Elephant Camp

Myanmar

Green Hill Valley Elephant Park

Sri Lanka

Elephant Transit Home 

Elephant Freedom Project

jungle

éléphant en Asie

elephant conservation center

xayaboury

 

 

 

Tu aimeras aussi...

One Reply to “Voir les éléphants en Asie du Sud-Est de façon éthique”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.